Ateliers d'écriture : parcours Imprimer

 

« Mon parcours a commencé en 1994 par une résidence dans la ville de Laval (Mayenne) sous l’égide de la Protection judiciaire de la jeunesse, impliquant l’animation de huit ateliers pendant quatre mois en milieu scolaire, carcéral, maisons de quartiers, foyers d’hébergement pour adultes, avec publication d’un ouvrage collectif aux Éditions Siloë : Boulevard Tango.

Depuis 1995, j’ai collaboré régulièrement avec l’Action culturelle du Rectorat de Créteil. J’ai animé pendant six ans un APA (Atelier de pratique artistique) au collège Jules-Vallès de Choisy-le-Roi dans les classes de quatrième et troisième. J’ai travaillé aussi dans des classes de SEGPA, dans des lycées techniques ou professionnels.

En 2003 et 2004, je suis intervenue pour la Compagnie théâtrale de La Hulotte, sise à Lormes dans le Morvan, en milieu rural, animant un atelier à la médiathèque de Clamecy, à celle de Lormes.

En 2005, j’ai eu sous ma responsabilité une master class d’écriture organisé par le CRL (Centre régional du livre) de Bourgogne, à la médiathèque d’Avallon.

J’ai été sollicitée en 2006 par la Ville de Mulhouse pour faire écrire les habitants à l’occasion de l’installation du tramway dans la ville, puis en 2008 par la Ville de Moret-sur-Loing, à l’occasion de la Semaine de la langue française.

En milieu carcéral, j’ai animé un atelier d’écriture en 1994 dans le quartier des femmes de la Maison d’arrêt de Laval, comme indiqué plus haut, puis pendant l’été 2000 au quartier des mineurs de la Maison d’arrêt de Bois-d’Arcy à la demande d’OROLEIS de Paris, puis, en 2007 et 2008, dans le quartiers des hommes des maisons d’arrêt de Guéret et Limoges à la demande du Centre régional du livre en Limousin-ALCOL.

Cette activité est pour moi très importante : il s’agit de partager une pratique, d’aider une personne à construire un texte, à trouver les mots, à mettre de l’ordre (parfois du désordre). Et par là aussi, à mieux lire. Il me semble qu’avec le temps, j’ai surtout appris à déchiffrer les textes des autres, les pistes qui y sont cachées. J’aime surtout insister sur la matière concrète du récit, le temps et l’espace, plus que sur les idées. »

(Pascale Roze, janvier 2009)